Les TCA je réponds à vos questions

Sur instagram (kokoy la diet) beaucoup d’entres vous me posent des questions suite aux posts, aux stories que je fais sur les TCA (Troubles du Comportement Alimentaires)

1089B209-BCB5-46BD-8D13-94C64187A906

J’en déduis donc qu’un bon nombre des personnes qui me suivent présentent des TCA. Je  me suis dis que vu que ce sont souvent les mêmes questions qui reviennent, vous demandez de me poser vos questions pour en faire un article pourrez être intéressant.

Car je sais que derrière ces maladies il y a beaucoup de honte, de peur, on ne veut pas en parler ni échanger dessus et qu’internet permet d’avoir des réponses de manière anonyme.Comme on ne va pas se mentir c’est un peu le but de ma vie d’aider les personnes atteintes de TCA je vais essayer de vous éclairer comme je le peux.

Pour resituer pour les gens qui ne me connaissent pas je suis psycho-nutritionniste spécialisée dans les TCA et j’ai moi même souffert de boulimie pendant plus de 7 ans, donc je vais essayer de répondre à vos questions avec cette double étiquette professionnelle et personnelle. J’ai déjà fait un article un personnel ici Le jour ou j’ai lâché ma balance

J’ai pris les questions qui revenaient le plus souvent pour ce 1er article :

Peut on concilier perte de poids et TCA (hyperphagie)?

Alors la plupart des  personnes qui sont venus en consultation pour une boulimie ou hyperphagie veulent guérir + perdre du poids ! (différent pour les anorexiques). Ma démarche est de d’abord travailler sur les comportements problématiques sur le TCA avant d’entamer une perte de poids. Car si on parle d’équilibre alimentaire mais qu’on ne travaille pas sur vos émotions, les raisons qui vous poussent à grignoter, ça ne sert à rien ! Il faut vraiment garder à l’esprit que si vous manger en grande quantité, si vous faites des crises IL Y A UNE RAISON, votre corps ne vous pousse pas à le faire pour rien. En fonction de vos problématiques faire une crise vous permet : de gérer une situation douloureuse, de gérer des émotions problématiques, gérer la solitude … C’est un mécanisme qu’a mis en place votre corps pour diminuer la souffrance ce n’est peut être pas efficace au long terme : culpabilité, honte, baisse de l’estime de soi … mais sur le court terme c’est ultra efficace !

On peut le faire en parallèle mais avec beaucoup de précaution car si on fait un « régime » sur un TCA c’est une catastrophe la personne dans un 1er temps suit le régime, puis craque, grignote et ça se finit en crise, avec de la culpabilité, un sentiment d’échec et une reprise de poids = retour à la case départ. Ce qu’il faut savoir c’est qu’une personne qui fait un régime à 2 fois plus de chance de développer un TCA. Donc je suis ANTI- régime !

Pour perdre du poids en ayant un TCA c’est possible à condition de ne pas faire de régime qui pourrait vous frustrez ou vous interdire des choses l’approche et totalement différente. On fait un rééquilibrage alimentaire RIEN EST INTERDIT on doit garder cette notion de plaisir, des gâteaux, une pizza de temps en temps. Par contre on travaille sur le comportement alimentaire comment ne pas manger 1 paquet de gâteaux pour le goûter . Comment gérer la faim émotionnelle, comment gérer mes émotions qui m’amène à vider le frigo, on travaille sur le rapport au corps ….

En réalité dès que vous travaillez sur le comportement alimentaire naturellement votre corps va se réguler, si vous apprenez avec des exercices à écouter votre faim, votre satiété vous n’allez pas manger 4000 calories par jour et donc vous n’allez pas prendre de poids.

Si vous rajouter du sport par dessus hop c’est la clef d’une perte de poids : une alimentation équilibrée + un comportement alimentaire adapté + du sport

Si vous avez un TCA et que vous avez un diététicien qui vous donne un régime alimentaire FUYEZ !!!!!!! pas dé régime restrictif,  pas d’ interdits sur un TCA non réglé !!!! Beaucoup de thérapeutes ne sont pas sensibilisés au TCA malheureusement dans notre formation il n’y a rien donc prenez des diet spécialisés sur les TCA

Donc pour conclure oui on peut avoir une perte de poids à condition de travailler sur le comportement alimentaire en même temps ou avant ! Sinon c’est comme si on cherche à gonfler un pneu alors qu’il y a un trou de 4 cm dans le pneu (ouuu la belle comparaison!)

 

Comment guérir d’un TCA ? Quels sont les thérapies possible ?

Une question qui revient très souvent mais il n’y a pas une seule réponse, vous me demandez « la plus efficace » mais il n’y a pas de plus efficace je vous explique pourquoi.

Tout dépend de « vous » mais aussi du thérapeute. Tout dépend de vous c’est à dire de votre personnalité : est ce que vous êtes quelqu’un qui parle beaucoup qui est à l’aise pour verbaliser ces difficultés, est ce que vous voulez une thérapie courte, est ce que vous avez les moyens financiers (car certaines thérapies coûtent plus cher que d’autres), de quel TCA souffraient vous car les prisent en charge sont différentes, est ce que vous avez déjà des pistes de réflexions sur l’origine de ces troubles, est ce que vous avez déjà consultez ?

Mais aussi du thérapeute car la relation patient/thérapeute est primordiale il faut se sentir bien avec votre thérapeute, en confiance. Malheureusement on ne peut pas plaire à tout le monde dans les relations thérapeutiques comme pour toutes les autres relations (amicales, amoureuses) notre personnalité, nos émotions entre en jeu et on ne peut pas aimer, s’entendre avec tout le monde. Ce n’est pas qu’un thérapeute est mauvais c’est peut être que pour vous il n’est pas adapté. Je me rappelle la 1er fois que j’ai décidé de consulter un psy c’était une des plus réputée d’Aquitaine une référence dans le milieu j’ai eu un entretien avec elle et je ne l’ai jamais rappelé car je savais déjà les origines de mon trouble j’avais déjà beaucoup avancé et elle ma dit ce que je savais déjà et ensuite je ne me suis pas du tout sentie à l’aise avec elle. Je ne l’ai jamais revue … et pourtant c’est une des « meilleure » pour beaucoup. Je ne remets pas ses capacités en cause mais simplement elle n’était pas adaptée pour moi. Et je pense qu’en tant que thérapeute certains n’adhère pas à mes consultations, ma personnalité.

Donc un conseil, essayez avec quelqu’un et surtout si vous ne vous sentez pas à l’aise allez voir quelqu’un d’autre n’ayez pas peur en tant que thérapeute on sait qu’on ne peut pas plaire à tous nos patients on ne le prends pas personnellement notre but c’est votre guérison et même si on n’est pas le bon thérapeute pour vous !

Ensuite je vous donnes mon avis qui est personnel bien évidement, je trouves que le combo diététicienne spécialisée sur les TCA + psychologue est le plus efficace.

Je travaillais comme ça avec beaucoup de mes patients et je trouve que c’est dans ces cas de figure que le travail est le plus rapide, on gagne beaucoup de temps.

Une diététicienne spécialisée sur les TCA : pour travailler sur vos émotions, les schémas de pensée, la confiance en soi, le rapport aux autres, votre famille, votre comportement alimentaire,le rapport à l’alimentation, les aliments interdits, le rapport au corps, vos ressentis, les raisons qui vous poussent à contrôler, vous faire vomir, vous affamez …

Un psy pour le travail plus en profondeur : les origines du troubles, la famille, l’enfance, la perception du corps dans l’enfance adolescence, les schémas que vous avez mis en place, le rôle de vos proches sur ces troubles, des clefs pour vous reconstruire, pour avancer, pour gérer vos émotions, vos interactions avec autrui, le regard des autres, la confiance en soi …

Souvent les 2 prises en charge se regroupent car la psy et le diet travaillent sur les mêmes sujets mais de manière différente par exemple les émotions, le rapport au corps du coup le travail est vraiment efficace.

Pour le psy : déjà beaucoup de personnes sont réticentes à l’idée d’aller voir un psy, d’être jugée par la psy mais aussi par l’entourage, certains de mes patients n’étaient pas prêt à franchir le cap. Pour moi tous le monde devrait aller voir un psy le monde s’en porterait mieux 😉 on a tous des petits tracas, des petits boulets que l’on transporte suite à notre éducation, nos rencontres, les événements de la vie, un petit coup de psy et hop ça repart pour une vie bien plus simple et légère. Il n’y a aucune honte à  demander de l’aide. Mais pour certains demander de l’aide est synonyme de faiblesse, « je n’ai pas réussit à m’en sortir seul ». Mais aussi et surtout une histoire d’égo : « j’ai pas besoin d’aide je vais m’en sortir seul, je suis fort, les psy ça sert à rien, à part à prendre de l’argent ! »

Mais est ce qu’on ne mettrai pas cet égo de côté pendant quelques mois et acceptait un petit coup de main histoire de gagner 4 ans dans le processus de guérison ?

Peur que le psy vous juge ? c’est normal même moi quand j’ai consulté je n’étais pas bien alors en plus imaginez-vous allez voir un psy en disant je suis spécialisée sur les TCA et je suis boulimique … hmm ça n’a pas été facile mais ça a aidé ! un psy n’est pas là pour vous jugez, on est là pour vous aidez encore une fois. C’est vous qui pensez qu’on vous juge, mais pour nous vous êtes un patient de plus à aider, une histoire à résoudre, une personne que l’on va écouter avec qui on va travailler main dans la main et on a besoin de votre confiance et pas de votre réticence pour avancer plus vite ! Et si votre psy vous juge, changez de psy !

Donc chez les psy il y en a une flopée, les psychanalystes, les psychothérapeute, les psy TCC, l ‘EMDR ….

Là encore cela dépend de ce que vous souhaitez mais moi ce que je conseilles ce sont les thérapie TCC : Les thérapies Cognitivo-Comportementales : en gros c’est une thérapie plus rapide que les anciennes thérapies qui travaillent à l’aide d’exercices pratiques sur la cognition c’est à dire vos pensées,  vos schémas de pensée, les croyances souvent erronées qui génèrent certains comportement problématiques pour vous. Vous apprenez de nouveaux comportementx, de nouveaux schémas de pensée. Il y a un vrai travail collaboratif et concret avec votre thérapeute.

L’avantage pour moi : vous n’allez pas faire 4 ans de psychanalyse pour réaliser qu’il y a un problème familial, c’est concret rapide et efficace, de nouveaux comportements, vous travaillez sur les pensées problématiques. Et dans les TCA les monologues intérieurs les « je suis pas assez bien » « je suis nulle » « je suis grosse » il y en a pas mal

L’EMDR : mon petit chouchou j’ai envoyé énormément de patients faire de l’EMDR et je l’ai moi même fait et c’est spectaculaire !

Qu’est ce que c’est : EMDR  eye movement desensitization and reprocessing c’est-à-dire désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires. je vous envoie  pour pas refaire un énorme blabla mais en gros et en vulgarisant. C’est une thérapie basée sur une stimulation sensorielle bi-alternée (gauche droite). HEIN ???? alors durant une séance le thérapeute va faire bouger des yeux de gauche à droite en te faisant regarder un stylo que tu devras suivre des yeux soit en tapotant tes genoux de gauche à droite, ou à l’aide d’un casque : entendre un son dans l’oreille gauche puis dans l’oreille droite …

HEIN ????? (encore) : je sais ça peut paraître bizarre mais on continue l’explication 😉

Avec cette thérapie on part du principe que s’il y a une difficulté un symptôme pour le patient c’est qu’il a vécu expérience difficile pour lui qui a été « mal traitée » par le cerveau. Au cours d’une séance on ramène ce souvenir à la conscience et on va la « retraiter » pour que cette expérience ne soit plus vécue comme une difficulté, c’est un retraitement de l’information par le cerveau.

Les avantages : on n’a pas beaucoup à verbaliser, , les résultats sont là au bout de 3 4 séances, on fait remonter à la surface des événements qu’on pensait des fois anodins et qui en fait on laissé des petites traces.

On voit que quelques chose à changé dans notre manière de penser, nos schémas, nos croyances « du jour au lendemain » après la 1er séance rien ne s’est passé pour moi mais une amie thérapeute m’a dit de continuer et 3 semaines après pof il s’est passé des choses donc je vous donne le même conseil faites au moins deux séances !

Par contre je n’ai jamais autant pleuré face à quelqu’un, ça coule tout seul sans que l’on sache trop pourquoi !

Je suis vraiment conquise par cette méthode et mes patients qui sont allés consultés également (très personnel)

Les inconvénients : le prix (70 euros la séances en moyenne) mais bon il n’en faut que 4 5 et c’est finit ! je pense que c’est un bon investissement pour être tranquille

Si ça vous interesse prennez des thérapeutes qui sont inscrits sur ce site pour être sûr

Les bordelais : j’envoyais mes patients et je suis allée personnellement chez Laurence Gouineau (chartrons) très bien (personnel également)

Donc pour moi psy et diet spécialisée c’est pas mal mais il existe bien sûr d’autres techniques :

L’hypnose : mais je vous avoue que j’ai récupéré tellement de patients qui avezessayé l’hypnose que je ne crois pas trop à son efficacité malheureusement, je penses que ça peut aider sur certains points, mais selon moi pas sur une guérison total car il faut vraiment travailler sur les processus mentaux en cause dans les TCA un travail actif  de la part du patient !

Acupuncture : pareil ça aide sur les symptômes, l’impulsion à manger mais là encore pas une guérison totale, il faut travailler sur ses émotions ses pensées pour guérir totalement sur le long terme

Le sport, le yoga : très bon complément pour se reconnecter au corps, travailler le rapport au corps. Mais attention si c’est fait dans cet esprit la bienveillant si c’est fait dans l’esprit : « je vais brûler de la graisse et avoir des abdos » non non non !

La méditation et la pleine conscience : c’était un de mes outils au cabinet pourquoi ça marche sur les TCA ? Dans les TCA il y a des problématiques récurrentes : difficultés de gestion des émotions, impulsivité, haine envers le corps, ruminations intellectuelles, tendance à s’auto flageller … tout ce qui est travaillait dans la méditation. De plus en plus d’étude sur la pleine conscience montre des effets positifs sur le traitement des TCA. Je ferai un article spécial pleine conscience et TCA en attendant vous avez le livre que j’ai écrit avec une consœur Marine Fort  : je mange en pleine conscience

 

Je ne suis pas prête à aller voir quelqu’un, mais je ne m’en sors pas toute seule, quelle est la solution ?

Si vous n’êtes pas prête ne foncez pas tête baissée, car si vous n’êtes pas prête à en parler à vous confier à un thérapeute vous n’allez pas faire la thérapie jusqu’au bout ou la faire à moitié et perdre votre temps et votre argent ! La question est de savoir qu’est ce qui bloque ? Est ce que c’est la honte d’aller voir un psy ? le regard de vos proches ? ou est ce que le problème est que si vous allez consulter vous allez devoir admettre qu’il y a un problème et vous n’en n’êtes pas encore là dans votre cheminement.

Dans ces maladies pour se faire aider la première chose à faire s’est d’admettre qu’il y a un problème. Peut être que manger 2 paquets de gâteaux le soir devant la télé caché, ce n’est pas un comportement normal. Compter toutes les calories ou penser à la nourriture toute la journée n’est peut être pas viable sur toute une vie. Une fois que vous allez passer dans cette phase, que vous allez l’admettre et l’entendre il sera plus facile de demander de l’aide. Car pourquoi demander de l’aide si tout va bien ? Ensuite je l’ai déjà dis plus haut il y a l’ego qui rentre en jeu, demander de l’aide ne veut pas dire être faible, cela veut simplement dire que on a besoin de quelqu’un d’extérieur, être assez lucide que seul ça prendra beaucoup de temps ou c’est impossible.

Mon conseil : parlez en autour de vous, commencez à verbaliser le problème avec des gens avec qui vous vous sentez en confiance et non jugé, commencez à vous posez les questions sur votre état, qu’avez vous à gagnez si vous allez voir quelqu’un et qu’avez vous à perdre ? Est ce que je veux guérir ? Pourquoi ? Quels sont les solutions pour m’en sortir ? Dans 10 ans si je ne change rien à cette situation comment je me vois ? Et dans 10 ans si je vais consulter quelqu’un aujourd’hui comment je serais ?

Soyez indulgent envers vous même, prenez le temps d’être prêt à pouvoir consulter mais pendant cette période où vous n’allez pas consulter ne rester pas inactif vis à vis du problème, renseignez vous sur votre maladie, lisez, échanger, confiez vous à des proches !

 

Comment es tu sorties de ta boulimie ?

Hmm alors la boulimie a commencé à 17 ans pour moi de façon épisodique au début puis après je suis partie vivre en Angleterre à 19 ans et là ça a été un enfer : tous les jours parfois 3 crises dans la journée. +10 kg en 3 mois. Je suis rentrée en France et je me suis dis que ça ne pouvait plus durer assez naturellement et sans connaissance je me suis mis à bien manger à faire des bons repas (j’ai toujours mangé sainement depuis mon enfance adolescence même durant mes années de fac j’ai toujours aimé bien manger) et je me suis remise à faire du sport, sport que j’avais abandonné en entrant au lycée. Je me suis mise à courir et à faire du renforcement car je ne supportais pas mon corps avec ces 10 kg en plus. Et naturellement avec mon rythme de la fac tout est rentrée dans l’ordre j’étais à Toulouse en fac de psycho tout se passait bien j’avais perdu tout mon poids en 1 an et j’étais redevenue sportive donc équilibre retrouvé. J’avais aussi fait du yoga pour mon somnambulisme mais pas de manière assidu.

Naturellement je n’avais pas de fixation sur mon poids car je faisais beaucoup de sport et donc je n’étais plus obnubilée par ça je mangeais pas mal en quantité mais très sainement j’ai même du faire 15 jours de malbouffe car je commençais à trop maigrir avec le sport et à perdre mes seins et je n’aimais pas ça haha

Après 3 ans sans rien, je suis partie après ma licence au Canada et la bam re crise de boulimie (3 4 en 4 mois), retour à Bordeaux et là  retour en enfer : je n’aimais pas Bordeaux, les gens ma formation de diet revenir en BTS avec des gens plus jeunes dans une formation très scolaire après avoir vécu à l’étranger et 3 ans de fac la galère !

Avec les outils que j’avais j’ai beaucoup travaillé sur moi, il y avait des avancés et des rechutes j’ai décidé d’aller consulter une psy spécialisée dans les TCA : une catastrophe je n’ai pas du tout adhéré, lors de la séance elle ne m’a rien dit de plus que ce que je ne savais déjà sur moi. Je n’ai plus re consulté après et j’ai décidé de m’en sortir par moi même. J’en ai parlé à ma sœur de qui je suis ultra proche en temps normal mais qui ignoré totalement cette partie de ma vie ça a été horrible de lui cacher mais surtout de lui avouer ! J’ai commencé à le verbaliser de plus en plus il y avait de longs mois d’arrêt et des reprises. Je suis repartie vivre en Nouvelle Calédonie où la encore elle était toujours présente en fond (vive les voyages haha) et les crises avec le temps devenaient de plus en plus grosses, longues j’ai même cru mourir étouffé un jour. Suite à une énorme crise un aliment était bloqué et ne pouvait ni monter, ni descendre je ne pouvais plus respirer, j’étais seule dans les WC mon coloc n’étais pas là et heureusement j’ai réussit à le faire sortir. Ce jour là je me suis dit que c’était la fin, que je ne voulais pas qu’on retrouve mon corps dans les WC en train de vomir, j’avais tellement honte je me suis dis mais imagine ton coloc retrouve ton corps sans vie juste à cause d’un putain de vomissement !!!!

Et puis bien évidement vous vous en doutez ça n’a pas était la dernière ! Je suis revenue à Bordeaux car j’ai eu un poste au CHU, je ne voulais absolument pas revenir à Bordeaux car je détestais cette ville mais je ne pouvais pas refuser ce genre de poste étant donné qu’en diététique c’est difficile de travailler. J’ai continué de me former sur les TCA les crises devenaient de moins en moins nombreuses je me suis mis dans le yoga, la méditation la pleine conscience, j’ai commencé à travailler réellement sur moi, mon rapport au corps , à être bienveillante à travailler sur mes schémas de pensées, mon comportement, à appliquer les conseils que je donnais à mes patients ENFIN ! J’ai aussi eu Marine avec qui on échangé beaucoup car elle aussi est psycho nutritionniste et c’est toujours plus facile d’avoir quelqu’un d’extérieur pour voir les choses (merci)

J’ai ouvert mon cabinet de diététique ou je recevais beaucoup de patients atteins de TCA et ce n’était pas tous les jours facile car bien que guérit au 3/4 il me manquait encore quelque chose que je n’arrivais pas à gérer toute seule, j’ai donc décidé de consulter et d’essayer l’EMDR et la révélation, un changement radical dans ma manière de voir la vie encore plus en accord avec ce que j’étais en réalité mais que je bloquée. Mais malgré tout il y a eu des rechutes jusqu’au jour où je me suis sentie de nouveau assez forte pour arrêter totalement j’ai commencé par m’interdire de vomir si je faisais une petite crise (je dis petite car avec tout le travail que j’ai fais sur moi ce n’était plus les crises d’avant) je devais tout garder si vous êtes dans ce cas vous savez à quel point c’est dur de « garder »

 J’ai réalisé que si je n’avais pas assez de sport, de voyage ou de yoga j’avais tendance à aller vers des crises. En repensant à ma vie quand il y a beaucoup de sport et de yoga dans ma vie il n’y avait pas de crise ! J’ai vraiment appris à prendre soin de moi à me faire plaisir et à accepter ces écarts qui ne sont pas des écarts en réalité mais la vie. J’ai arrêté de me peser car chez moi la balance était une belle obsession qui déclenchée des crises. J’ai donc totalement arrêté et tout est rentré dans l’ordre naturellement. Mais avec le recul tout est rentré dans l’ordre quand j’ai accepté d’être qui j’étais c’est à dire une personne plus douce et gentille que je ne laissais paraître (j’avais tendance la fille qui traîne avec des copains garçons, qui est forte, un peu grande gueule, toujours à fond le sourire, qui se chamaille avec ses copains, qui montre pas ses émotions, qui dit pas je t’aime, avec un fort caractère, qui va dans le conflit) et depuis 3 ans j’ai complètement lâché ça à force de travailler sur moi, je suis devenue beaucoup plus douce, calme, aimante, j’accepte de pleurer devant quelqu’un, j’accepter de pleurer. je suis beaucoup plus positive, je m’attache beaucoup moins aux choses, je laisse les gens que je ne veux pas dans ma vie partir (bon bien sûr je ne suis pas tout le temps douce et gentille on va pas se mentir il y a certains traits de caractère qui sont toujours hmm)et sur ce coup de la positive attitude une belle rencontre Ariane (que vous voyez souvent sur instagram) de nombreux échanges avec quelqu’un de super positif puissance 10000 vous aide aussi dans votre changement. Elle est arrivée au bon moment dans ma vie. Entourez vous de ce genre de personne pour avancer. Je pense que le yoga m’a appris tout ça et pour moi ces changements sont la clef (dans mon cas)

Je fais de la boulimie vomitive depuis 8 ans, ça devient rare et je guéri petit à petit mais je ne suis toujours pas en accord avec mon corps, mon estime ma tête … Je voudrai savoir comment réagit un corps quand il recommence un nouveau rythme, un rythme dit « normal ». J’ai déjà repris 3 kg nécessaires, je suis maintenant dans un poids approprié, enfin bas mais bien je pense pour mon corps, j’ai tellement peur que la perte de poids ne s’arrête pas

Je ne peux pas vraiment répondre à cette question car on ne peut pas prévoir comment réagit un organisme quand les apports nutritionnels sont augmentés il n’y a pas de règles. Ce que je peux te dire de ce que j’ai pu observer sur mes patients c’est qu’il y a forcément une prise de poids, je sais que cette prise de poids fait peur, mais elle est nécessaire. Il faut vraiment voir cette prise de poids comme quelque chose de bénéfique c’est ton corps qui reprends des forces qui reforme ces réserves. Car il ne faut pas l’oublier mais à la base la graisse est une réserve nécessaire pour l’organisme, il protège l’organisme du froid, protèges des chocs … Même si je sais que souvent on ne la voit pas comme ça mais comme de la graisse disgracieuse qu’on a envie de couper au couteau. Mais en essayer de mettre plus de bienveillance on arrive à le comprendre.

Pour en revenir au mécanisme (je ne te connais, je ne connais pas tes problématiques, ta perte de poids, ton IMC …) mais je vais juste expliquer un des mécanismes en jeu lors des restrictions alimentaires.

Lorsque l’organisme n’a vraiment pas les calories nécessaires  soit à cause d’un régime draconien soit à cause d’un TCA le corps réagit comme s’il était en train de subir une période de famine. C’est une adaptation de l’organisme issu de l’évolution, en hiver il y avait des périodes où il n’y avait pas de nourriture donc le corps de nos ancêtres ce mettait en mode « économie d’énergie » en ralentissant le métabolisme de base (pour dépenser le moins d’énergie possible) mais aussi en augmenter la capacité de stocker les calories. C’est à dire que dès qu’il y avait un peu de nourriture, celle ci était stockée en prévision d’une prochaine famine. C’est ce qui se passe lorsque l’on a une période avec de très faibles apports énergétiques dès qu’on se remet un peu à manger, le corps le stocke immédiatement car il pense qu’il est en état de famine.

Donc quand tu te remets à manger normalement en arrêtant de te faire vomir, le corps stocke de suite ces calories. Il se régule tout seul quand il aura désactiver ce mode de famine que tu lui emmènera suffisamment d’énergie tous les jours de manière égale sans te faire vomir. En général chez les boulimiques il faut l’arrêt des vomissements complets et plusieurs semaines d’alimentation stable est suffisamment calorique. Il y a très souvent une reprise de poids qui se stabilise bien évidement.

J’en profites pour te dire qu’ au vu de ta question, le fait que tu considères ton poids bas mais  « bien », le fait que ton corps et ta tête ne sont pas en accord, je t’invites vraiment à régler ce problème car c’est une des raisons qui peuvent faire réapparaître ces comportements de boulimie … Il faut travailler sur le corps, l’acceptation du corps, la bienveillance pour ce corps. En tout cas bravo pour le chemin parcouru ne baisse pas les bras, il y a toujours des hauts et des bas mais il faut continuer de voir les petites avancées et le positif !

J’aimerai comprendre pourquoi je ne gère pas mon alimentation dans le sens où je manges des choses que je sais pas très très bonnes pour moi (je ne parle pas d’interdit alimentaire ça j’ai bien compris que c’est le meilleur moyen de craquer). Bref, tu as eu un déclic concernant ton alimentation ou au final c’est petit à petit ? Si c’est un déclic, je suis intéressée de savoir comment décliquer moi aussi.

J’ai envie de te dire que le déclic ça sera quand tu acceptera de te dire qu’il n’y a pas de choses « pas très très bonnes « pour toi. La clef c’est ça, lorsque l’on a un TCA ou a eu un TCA il ne faut surtout pas raisonner en bon ou pas bon. Car comme tu l’as dit c’est le meilleur moyen pour craquer. La solution je pense (et c’est ce que j’applique aujourd’hui) ne me dire ok je mange bien 80 % du temps, je fais du sport, je prends soin de moi de mon corps, je suis bienveillante envers lui. Mais si j’ai envie de frites ou de nutella ou de bonbons remplit de conneries qui oui ne sont pas bonnes pour ma santé et bien je le fais.

Pourquoi ? et bien parce que si j’ai envie de ces aliments c’est qu’il y a une raison : peut être que là j’en ai envie car je suis tristounette, parce qu’il fait froid, car j’ai un examen, ou peut être que je ne vois pas la raison. Mais cette petite attention ça va me faire du bien. C’est une action bienveillante car la mon corps le veux. Je l’écoutes tout simplement, en petite quantité je me fait plaisir, comme ça il n’y a pas de frustration.

La seule chose que je fais c’est que je me demande pourquoi je veux cette aliment est ce qu’il y a une raison ? une émotion ? ou est ce que je veux juste me faire plaisir gustativement ? c’est important d’identifier pour être connecté à son corps

Aujourd’hui les gens sont de plus en plus intéressés par la nutrition et l’alimentation/santé. Ce qui est une bonne chose mais qui a aussi ces dérives. Une de ces dérives est l’orthorexie : un nouveau TCA qui fait son apparition suite à toutes ces informations nutritionnelles, ces scandales sanitaires … L’orthorexie se manifeste par une obsession de manger sainement, une obsession pour la qualité des aliments et pour cela la personne met en place des comportements très handicapants : cueillir soit même ses fruits et légumes, ne pas manger chez les autres, au restaurant, ne manger que des aliments santé ….

Là encore manger sain oui mais manger sain peut conduire à un trouble alimentaire.

Je pense vraiment qu’il faut écouter son corps ses envies, manger sain la plupart du temps et puis garder une part pour des aliments qui nous font juste plaisir. Manger ce n’est pas juste un acte pour survivre, manger et un acte social, un plaisir. Si vous mangez des carottes et des baies de goji seul toutes la journée est ce que vous allez être parfaitement épanouie ? Alors qu’un bon plat, plus calorique, plus gras, plus salé, plus sucré partagé entre amis peut vous faire passer une bonne soirée, créer des émotions positive et renforcer votre bien être ?

Je pense que la clef c’est l’équilibre ! Mon déclic ça a été de me dire que j’aime manger j’aime cuisiner, j’adore manger sainement je manges des graines depuis plus de 10 ans bien avant que ça ne soit à la mode j’ai toujours aimé bien mangé mais j’adore aussi un bon fondant au chocolat ! Et que ce fondant au chocolat m’apporte bel et bien quelque chose pour ma santé : il m’apporte du bonheur et le bonheur c’est bon pour la santé. C’est prouvé que les gens heureux vivent plus longtemps ! Alors pour vivre longtemps faites vous plaisir aussi !

 

Voilà j’espère que cet article pourra vous donnez quelques pistes de reflexion et vraiment mon conseil c’est de ne pas baisser les bras, ces guérisons sont longues, demande du travail, de l’investissement.

Faite vous aidez ne restez pas des années à essayer de régler le problème seul alors que des personnes peuvent vraiment vous faire gagner un temps précieux.

La vie est belle, la vie est courte alors putain pourquoi la gâcher à cause d’un hamburger ?

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Charlotte dit :

    Très intéressant ton article !
    Je commence d’ailleurs l’EMDR prochainement, car j’ai des crises ou je mange tout et n’importe quoi à la chaîne ! Je suis également suivi par une diététicienne qui ma appris à mieux écouter mon corps et ma faim et qui me dit de ne me priver de rien (juste d’être raisonnable). C’est pas toujours facile et les séances ne sont pas toujours une partie de plaisir sur le coût, mais c’est pour mon bien futur 🙂
    Alors merci pour cet article !

    J'aime

    1. kokoyladiet dit :

      Coucou désolé du retard je viens de voir tous les commentaires … Merci beaucoup du retour
      L’EMDR est vraiment top, même si comme tu le dit c’est cher, c’est un investissement j’espère que tu as réussit à t’en sortir …
      Très belle journée 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s